Peugeot 308 Électrique : Un Essai Qui Tourne Mal et Met en Péril la Voiture Électrique

Peugeot, à son insu, fait du tort à la voiture électrique : la preuve avec cet essai qui tourne mal

Imaginez-vous au volant d’une voiture électrique, avec la panne d’énergie imminente. Une situation stressante, n’est-ce pas ? Eh bien, c’est exactement ce qui est arrivé lors d’un récent essai de la Peugeot 308 100 % électrique. Cette expérience désastreuse soulève des questions sur la capacité de Peugeot à concurrencer les autres constructeurs sur le marché de la voiture électrique.

Un Essai Qui Tourne au Vinaigre

Didier de Mac4ever, un expert dans les essais de voitures électriques, pensait effectuer une petite balade tranquille avec la dernière version de la Peugeot 308 électrique. Mais les choses ont rapidement tourné au cauchemar. Dans une vidéo publiée, Didier s’est retrouvé avec seulement 5 % de batterie et devait parcourir encore 10 km pour atteindre une borne de recharge.

Malheureusement, la voiture a commencé à paniquer : alertes multiples, autonomie en chute libre et pour couronner le tout, une vitesse limitée à 30 km/h sur l’autoroute. Une situation non seulement effrayante, mais aussi extrêmement dangereuse.

Ce scénario, dramatique et frustrant, contraste avec les expériences vécues avec des modèles tels que Tesla, qui maintiennent une réserve d’énergie même lorsque la batterie atteint 0 %. En effet, à l’instar des voitures thermiques, il est essentiel d’éviter ce genre de situation catastrophe.

Les Limites des Constructeurs Traditionnels

Ce problème souligne surtout les limites des constructeurs traditionnels qui cherchent à adapter des plateformes initialement conçues pour les voitures thermiques aux voitures électriques. La Peugeot 308, performante dans sa version thermique, se révèle décevante sur bien des aspects en version électrique.

Ce constat est d’autant plus préoccupant que le lancement de la Peugeot e-3008 approche à grands pas. Les nombreux problèmes rencontrés par la Peugeot 308 électrique, tels qu’illustrés dans la vidéo, ont un impact négatif sur l’image de la marque.

De plus, Carlos Tavares, PDG de Stellantis, le groupe propriétaire de Peugeot, Citroën, Jeep et Fiat, a exprimé ouvertement sa méfiance envers les voitures électriques. Cette attitude explique en partie pourquoi les voitures électriques de Peugeot ne parviennent pas à rivaliser avec la concurrence. La conception d’une voiture électrique nécessite une approche spécifique, différente de la simple transformation d’un modèle thermique.

Ce genre d’expérience désastreuse risque non seulement de nuire à l’image de Peugeot, mais aussi de freiner l’adoption de la voiture électrique et de renforcer les arguments des détracteurs.

En conclusion, passer à la voiture électrique ne se résume pas à un simple changement de véhicule. Cela nécessite un changement de mentalité. Malheureusement, Peugeot n’a pas encore saisi cette leçon essentielle.