Voiture électrique : Aiways doit revoir sa stratégie en Europe

Voiture électrique : le constructeur Aiways a tort de miser autant sur l’Europe

Jamais deux sans trois ? En seulement 18 mois, le constructeur de voitures électriques Aiways a déjà changé de direction à trois reprises. Le nouveau PDG, Hugo Zhu, a été nommé le 1er août 2023 dans le but de revenir à la stratégie initiale de se concentrer sur le marché automobile hors de la Chine. Cependant, depuis l’Europe, il est difficile de croire que cela sera suffisant pour assurer la survie du constructeur, compte tenu de la concurrence de plus en plus féroce dans le domaine de la voiture électrique.

Un nouveau rebond d’Aiways en Europe est-il possible ?

Fondée à Shanghai en 2017, la marque Aiways dispose d’une capacité de production existante de 150 000 véhicules par an, ce qui lui permet de produire rapidement en grande quantité. En 2020, elle a lancé son premier SUV, le U5, sur le marché européen de la voiture électrique. Elle espère en vendre près de 3 000 unités par an en Europe pour commencer.

Aiways U5
Aiways U5. Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Le U5 est un modèle adapté aux familles, offrant un grand espace intérieur, mais son style extérieur un peu original divise. À l’époque, le U5 avait l’avantage d’un prix inférieur à 40 000 €, offrant un bon rapport qualité-prix par rapport à des modèles concurrents équivalents. Cependant, depuis, son prix a été revu à la hausse pour atteindre 46 000 €.

Malgré cela, les ventes ne sont pas au rendez-vous, que ce soit en France ou dans les autres pays européens où le SUV a été lancé. La marque a choisi de se passer de points de vente physiques, et bien que l’entretien soit assuré en partenariat avec les ateliers Feu Vert, cela ne lui confère pas suffisamment de notoriété pour séduire un grand nombre d’acheteurs.

En France, seules 200 Aiways U5 ont été immatriculées en 2022, et 90 au premier semestre 2023. Il s’agit donc d’un modèle encore relativement exotique, même s’il fait mieux que certains concurrents mieux connus qui se trouvent en bas du classement des immatriculations françaises.

En Europe, les immatriculations de U5 peinent à dépasser les 1 200 véhicules par an en 2021 et 2022. Au premier semestre 2023, seuls 416 Aiways U5 et 25 Aiways U6 (véhicules utilisés pour les essais presse) ont été immatriculés. Il est donc essentiel pour la marque d’augmenter la production et les livraisons au cours de la seconde moitié de l’année. Il est impossible de devenir rentable avec de tels volumes de vente, du moins pour la branche européenne. Les chiffres ne sont pas favorables.

Aiways U6
Aiways U6. Source : Aiways

D’autres pays dans le viseur

Aiways importe également des véhicules en Israël, mais là encore, les volumes restent insignifiants. Curieusement, c’est sur le marché chinois local que la marque réalise la majorité de ses ventes. Cependant, la marque souhaite laisser ce marché en arrière-plan en raison de la concurrence intense, notamment en ce qui concerne la guerre des prix.

À la fin de l’année 2022, alors qu’Aiways n’avait produit que 15 000 voitures électriques depuis sa création, selon le site chinois IThome, la marque a signé un important accord de coopération avec une entreprise thaïlandaise. Cet accord vise à livrer plus de 150 000 modèles électrifiés en Thaïlande au cours des cinq prochaines années. La construction d’une nouvelle usine en Thaïlande est déjà en cours.

Cet accord constitue une bonne nouvelle pour Aiways, mais le volume et les délais soulevés par cet accord soulèvent certaines questions. Il pourrait enfin marquer le véritable départ d’Aiways vers une expansion internationale. Cependant, sans changer sa stratégie en Europe, il est peu probable que la marque puisse persister pendant longtemps.

Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire Watt Else pour suivre les évolutions du marché du véhicule électrique, qu’ils soient chinois, américains ou européens.
Découvrez Numerama+.
Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !