L’histoire fascinante de l’automobile allemande

Histoire de l’automobile allemande

Aujourd’hui, les voitures allemandes sont les plus vendues dans le monde et remportent un franc succès auprès des automobilistes. Mais avant d’atteindre ce sommet de l’industrie automobile internationale, les constructeurs allemands ont connu une histoire mouvementée. Ils ont été les pionniers du développement des premières voitures, mais ont également dû surmonter de nombreux obstacles.

L’invention de l’automobile

L’histoire de l’industrie automobile allemande débute avec les débuts de l’automobile elle-même. En effet, la première voiture officiellement nommée “voiture” a été la Benz Patent Motor Car, une calèche motorisée à trois roues. Construite en 1885 par Benz & Cie, cette voiture a été vendue à environ 25 exemplaires entre 1886 et 1893, avec des moteurs développant 0,6 chevaux.

Au fil des années, l’idée d’une “calèche sans cheval” est devenue de plus en plus populaire. Le voyage de Bertha Benz en 1888, de Manheim à Pforzheim, avec un tel véhicule a été déterminant pour montrer l’utilité des automobiles.

En 1887, Gottlieb Daimler, un ingénieur pionnier de la combustion interne, a développé sa propre voiture. Avec l’émergence de la rivalité entre ces marques automobiles, Berlin a accueilli le premier salon de l’automobile, l’IAA, un événement qui se déroule encore aujourd’hui.

La naissance des marques connues aujourd’hui

Pendant une vingtaine d’années, l’industrie automobile allemande a stagné avec la vente de véhicules simples en petites quantités. Mais après la Première Guerre mondiale, la demande pour ces nouveaux véhicules a explosé. De plus, les entreprises qui construisaient des avions pendant la guerre sont devenues des marques automobiles dans les années 1920, en utilisant leurs connaissances en motorisation.

Tout d’abord, Bayerische Flugzeug-Werke est devenue BMW en 1922. Cette marque était spécialisée dans la production de motocyclettes. En 1926, Benz & Cie et Daimler Motorengesellschaft, les deux anciens rivaux, ont fusionné pour former Daimler-Benz AG. Ce groupe est devenu l’un des plus grands producteurs de véhicules au monde, contrôlant aujourd’hui Mercedes, Smart, Mitsubishi et bien d’autres.

La dernière des trois grandes marques allemandes est Audi. Son histoire est plus complexe, mais c’est avec l’achat d’Auto Union par Volkswagen en 1965 que la marque Audi a connu un renouveau.

L’industrie automobile allemande et le parti nazi

Avec l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler en 1933, l’industrie automobile allemande est placée sous le contrôle des nazis. Hitler lance une nouvelle marque en 1937, Volkswagen, avec pour objectif de donner accès à la voiture individuelle à toute la population. Les compétitions automobiles, comme les Grands Prix, permettent aux marques allemandes de se montrer supérieures.

Pendant la guerre, la production automobile est convertie en production de matériel de guerre. Hitler utilise également la main-d’œuvre des prisonniers de guerre. Ferdinand Porsche, fondateur de la marque connue pour ses voitures de sport, se rapproche d’Hitler et du parti nazi avec ses inventions de chars d’assaut.

Une industrie automobile allemande polarisée après la guerre

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne est divisée en deux parties. En Allemagne de l’Est, les marques automobiles sont démantelées et leurs ingénieries sont envoyées à Moscou pour aider à la reconstruction de l’URSS. En Allemagne de l’Ouest, les marques allemandes prospèrent grâce aux liens avec les pays alliés.

La VW Coccinelle représente parfaitement le succès de l’industrie automobile allemande à cette époque. Elle a connu un engouement international et a été vendue à plus de 15 millions d’exemplaires entre 1938 et 2003.

Une monopolisation de la berline sportive

Au milieu des années 1980, les marques allemandes étaient réputées pour produire les meilleures berlines au monde. Des modèles comme la Mercedes Classe E, la BMW Série 3 et la Audi 90 ont remporté un grand succès. Ces modèles ont inspiré le championnat sportif allemand, la Deutsche Tourenwagen Meistershaft, devenu la compétition la plus importante du pays.

Aujourd’hui, les versions sportives des marques allemandes suscitent la passion des automobilistes du monde entier.

L’histoire de l’automobile allemande est riche et complexe, marquée par des moments de gloire et des défis à surmonter. Les marques allemandes ont su se hisser au sommet de l’industrie automobile mondiale grâce à leur savoir-faire, leur innovation et leur passion pour la qualité.